Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Home Naturo-Naturopathe à Domicile
  • : PRENEZ VOTRE SANTE EN MAINS, NATURELLEMENT.Des conseils pour vous garder en bonne santé par la Naturopathie, la Géobiologie et la Bioénergie. Home Naturo, votre Naturopathe à Domicile.
  • Contact

Profil

  • Michel-HomeNaturopathe
  • Découvrez mes conseils de Naturopathe diplômé de l'École de Robert Masson et restez en bonne santé grâce aux techniques naturelles de santé comme l'aromathérapie parce que votre santé vous appartient. Consultations à domicile.
  • Découvrez mes conseils de Naturopathe diplômé de l'École de Robert Masson et restez en bonne santé grâce aux techniques naturelles de santé comme l'aromathérapie parce que votre santé vous appartient. Consultations à domicile.

A propos de la pub !

Mille excuses pour celles et ceux qui visitent mon blog, il y a des pub qui apparaissent....Je ne suis pas responsable de ces publications et ça me met même dans des situations désagréables quand je vois, par exemple, des annonces pour la calendrier vaccinal, des boissons énergisantes... !!!  Je vais essayer de remédier à ça pour que ces pubs n'apparaissent plus !!! Bonnes visites - tout de même - !  Prenez soin de vous. Michel.

Recherche

HomeNaturo, Votre Naturopathe

A.HomeNaturo OverblogNaturopathe diplomé du CENA. 

Consulations à votre domicile en Région Parisienne : Hauts de Seine, Val de Marne, Val d'Oise, Yvelines, Sarthe et Orne.

Réglage et plan alimentaire personnalisé - Gestion du Stress - Accompagnement des sportifs -

Accompagnement dans les magasins bio -

Ateliers & Conférences -

 

 

Archives

9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 19:52

Sclérose en plaque, Cancers, Leucémies, Alzheimer... Les maladies dégénératives et neurodégénératives, quelles sont-elles, qui touchent-elle, les facteurs environnementaux sont-ils déterminants dans leur augmentation, quels sont les risques pour les enfants, peut-on se prémunir des maladies dégénératives et comment y parvenir, la Naturopathie peut-elle nous y aider ?  Sur le Blog de naturopathe HomeNaturo-naturopathie et iridologie consultation à domicile ou par téléphone. 

 

A.carre sante blog HomeNaturoLES MALADIES DEGENERATIVES



                                       ON TUE NOS ENFANTS !



Depuis 2009, le nombre de personnes atteintes de maladies chroniques a augmenté d’environ 4 % (340 000 personnes de plus à la fin 2010 par rapport à l’année précédente), selon un rapport transmis aux administrateurs de la Caisse nationale de l’assurance maladie. Et le taux de croissance oscille entre 3,5 % et 4,2 % par an depuis 2005.

Pourquoi ?

 

Définition :
Les maladies dégénératives sont des maladies dans lesquelles un ou plusieurs organes sont progressivement dégradés. Les causes peuvent être l'accumulation de produits chimiques ou de toxines aussi bien que l'absence prolongée d'une substance biologique qui entraîne alors la dégénérescence progressive des organes concernés.
Cette caractéristique en fait souvent des maladies particulièrement difficiles pour le patient et son entourage parce que les symptômes évoluent lentement mais sûrement vers un handicap important.
Traitées à temps, les maladies dégénératives peuvent être réduites, mais non guéries.

 

 

LES MALADIES DEGENATIVES ETAT DES LIEUX :

- Elles sont de plus en plus nombreuses, si nombreuses que l’on peut aujourd’hui les considérer comme une véritable épidémie, pire une pandémie.

- Leurs progressions est constante,

Les patients en affection de longue durée (ALD) constituent 15,5 % de la population du régime général. Si la tendance se poursuit, on passera à 17 % en 2014.

Ainsi les malades atteint d’Alzheimer sont toujours plus nombreux (La maladie d'Alzheimer qui a été déclarée Grande cause nationale, en France, en 2007 c’est dire son importance,  est en constante progression ces dernières années. 400 000 personnes malades en France (source : assurance  maladie du 30/10/2008). En 2010 la maladie touchait 860 000 personnes, mais avec 225 000 nouveaux malades chaque année, le cap des 1 300 000 malades sera franchi d'ici dix ans, prévient la Fondation pour la recherche médicale.)

Parkinson, vient en ensuite dans ce triste bilan avec environ 100 000 malades suivent de nombreuses autres maladies neurodégénératives telles les maladies de : Leucoaraiose - Maladie de Creutzfeldt-Jakob - Maladie de Huntington - Maladies lysosomales - Paralysie supranucléaire progressive - Sclérose en plaques -Sclérose latérale amyotrophique - Myofasciite à macrophages -Fibromyalgie 

 

Les maladies neurodégénératives forment un sous-groupe de maladie dégénérative, qui affecte le fonctionnement du cerveau ou plus généralement le système nerveux de façon progressive au cours de son évolution.
Celle-ci peut être plus ou moins longue (de quelques semaines à plusieurs années).
Le processus en cause consiste généralement en une détérioration du fonctionnement des cellules nerveuses, en particulier les neurones, voire à leur mort cellulaire. La conséquence pour le malade est donc une altération progressive souvent irréversible des fonctions nerveuses qui peut conduire à son décès.
Dans de nombreux cas, toutefois, les causes exactes du déclenchement de la maladie restent inconnues et pourraient être multifactorielles.

 

 
QUI CES MALADIES TOUCHENT-ELLES ?

Selon les pouvoir publics l’augmentation des maladies dégératives et neurodégénératives seraient la rançon du progrès, officiellement, le vieillisement de la population serait la conséquence de cet état de fait, soit mais…

C’est oublier que toutes ces maladies affectent une population de plus en plus jeune,
ainsi le Professeur Colin Pritchard, auteur d’une étude portant sur ces maladies s’alarme  : « Ce qui me fait réellement peur, ce n’est pas seulement que les gens sont plus nombreux mais qu’ils sont de plus en plus jeunes »
 
Et la jeunesse, justement, est, elle aussi, touchée de plus en plus fréquemment, en même temps qu’une grande partie de la population tout âge confondu, par des troubles affectant le cerveau : schizophénie, depression, troubles de l’humeur, certaines forme d’épilepsie.

Les maladies de déficience développentale chez l’enfant sont elles aussi en hausse, ainsi l’autisme avec 17 fois plus de cas ces cinquante dernières années en France devient un véritable fléau, un autre constat tout aussi alarmant, que vérifient de nombreux professeurs, est l’accroissement de l’hyperactivité infantile. Il en va de même pour les tumeurs cérébrales chez les moins de 15 ans pour lesquelles on a enregistré une augmentation de 20 % ces dix dernières années. Enfin les cancers se multiplient chez les enfants et de nombreuses grandes villes s’enorgueillissent de posséder leur centre pour enfants atteints du cancer car chaque année, environ 1 800 enfants sont atteints de cancers en France, soit 1 enfant sur 600.

Selon plusieurs études scientifiques qui tirent la sonnette d’alarme l’enfant, dans le ventre même de sa mère, serait déjà en danger.



POURQUOI UNE TELLE RECRUDESCENCE DE CES MALADIES ?



N’en déplaise à nos pouvoirs publics ce n’est pas le vieillissement de la population qu’il faut incriminer, non, les causes sont maintenant connues, de nombreuses études scientifiques prouvent aujourd’hui que les molécules chimiques, dont l’industrie nous inonde depuis des décenies, sont les principales responsables de cet état de fait.


L’exposition à tous les poisons chimiques commence en effet, pendant la gestation du fœtus, elle se poursuit ensuite pendant l’allaitement, notons ici que l’allaitement maternel et naturel est toujours un bienfait pour le nourrisson tant que la mère portera une attention particulière à son alimentation en consommant des produits bio, non raffinés et non industriels. Dans le cas contraire les résidus phytosanitaires chimiques passeront inévitablement dans le lait nourricier. Malgré tout, rappelons que l’allaitement maternel, entre autres vertus, permettra à l’enfant de bénéficier des défenses immunitaires de sa mère, alors que l’allaitement artificiel ne présente guère de bienfaits.

Au cours de l’enfance l’empoisonnement continue.
 
Nous le savons les produits toxiques sont partout, ils ont envahi notre existence, nous ne pouvons y échapper (nous sommes obligés de respirer) et dans l’alimentation cette toxicité est encore plus présente : alimentation raffinée, bourrée de pesticides, herbicides, engrais…la liste devient interminable si l’on y ajoute les additifs alimentaires, conservateurs ou colorants.


Il est donc évident que les facteurs environnementaux sont en cause dans un bon nombre de cas de maladies dégénératives. En 2006 Monnet-Tschudi et son équipe a publié une longue liste de preuves de la responsabilité des métaux dits lourds, en tant que facteurs déclenchants ou aggravants de maladies neurodégénératives. Il en ressort que les métaux lourds toxiques et neurotoxiques, tels le mercure et le plomb en particulier, pourraient agir en synergie pour inhiber ou tuer des cellules nerveuses. De même de nombreux pesticides sont également suspectés. Pourtant, les chiffres sont là : chacun d’entre nous, enfant compris, ingère entre 1,5 à 3 kg de pesticides et autres phytosanitaires par an.

Dans les années 1930 on a produit 1 million de tonne de substances chimiques
Aujourd’hui : 400 millions

Tout est dit…

Et bien non ce n’est pas tout.
L’exposition aux substances chimiques ne se limite pas à l’alimentation ou à l’air que nous respirons.
Nous y sommes aussi soumis dans la vaccination et ce dès le premier âge mais aussi la pharmacopée moderne, la cosmétique, l’hygiène corporelle et de celle de nos intérieurs avec un concentré de métaux lourds et de produits chimiques : plomb, mercure, aluminium, formaldéhyde, borax, squalène, phtalates, bisphénol, fluor….

La coupe est pleine et il est même très étonnant de rencontrer des personnes en bonne santé (si peu…) sur cette terre détruite par tous ces marchands de mort.



POURQUOI UNE TELLE INERTIE DE NOS POUVOIRS PUBLICS FACE A CES SUBSTANCES CHIMIQUES ?

 



P. Grandjean et P.J. Landrigan déploraient dans un article publié par The Lancet en décembre 2006 la difficulté qu'il y a à interdire les usages de substances toxiques pour le cerveau (mercure des amalgames dentaires notamment, bien que les effets neurotoxiques du mercure ne soient plus à prouver) et à appliquer le principe de précaution qui voudrait qu'on évite notamment d'exposer les fœtus, le jeune enfant, les adolescentes et femmes en âge d'enfanter...

Pourquoi donc de telles difficultés à appliquer le principe de précaution ? Prenons l’exemple des Parabens, ce sont des conservateurs chimiques, il y a quelques temps encore on en trouvait partout dans nos produits cosmétiques, il existait pourtant un conservateur naturel ne présentant aucune nocivité, la vitamine E, alors pourquoi avoir attendu le 3 mai 2011 pour les interdire ? Parce que la vitamine E a un coût de revient bien plus élevé, tout simplement. Rentabilité oblige.

Notre civilisation occidentale est dirigée par les grandes industries qui, sous couvert de progrès, nous empoisonnent tout au long de notre vie.
Les agents polluants sont, soit directement utilisés, soit dispersés dans le milieu naturel et se retrouvent dans l'air, dans les eaux ou plus directement dans notre organisme et contribuent chacun à la contamination des divers écosystèmes et altèrent notre propre système immunitaire.



L’INDUSTRIE PETROCHIMIQUE

Outre la production d'énergie, source essentielle de pollution, l'industrie chimique moderne est source de polluants variés.Et, la pétrochimie cette science qui utilise des composés chimiques de base issus du pétrole pour fabriquer d'autres composés synthétiques, qui peuvent exister ou non dans la nature, a des ramifications dans tous les domaines et se retrouve dans notre environnement quotidien direct.

Son étendue va des fibres synthétiques comme le Nylon ou le polyester, aux solvants, aux détergents, plastifiants, adhésifs ou résines mais aussi se retrouve dans la fabrication de cosmétiques, de médicaments et d’engrais.

Il y a trente ans on estimait que près de 70 000 molécules chimiques étaient utilisées quotidiennement (PNUE, 1982) et un millier de nouvelles substances étaient annuellement commercialisées à vaste échelle sans que leurs propriétés toxicologiques n'aient donné lieu à des études suffisantes pour garantir l'innocuité de leur usage... Quelque 5 millions de composés organiques avaient déjà été synthétisés au milieu des années 70 (Upton, 1986). Une enquête effectuée au début des années quatre-vingt aux États-Unis estimait déjà que sur 65 725 substances chimiques commercialisées, on ne disposait des informations minimales sur les dangers qu'elles présentaient pour la santé publique que pour moins de 30% d'entre elles (Upton, 1986) !
Que dire alors de l'estimation de leur impact sur les écosystèmes ?

Qu’importe si l’on n’en connaît pas les conséquences à court et moyen terme :  

Rentabilité oblige !


L’INDUSTRIE AGRICOLE

Notre peau avec les cosmétiques, notre santé avec les médicaments tout comme notre environnement direct sont ainsi impactés par la pétrochimie, sans que l’on en connaisse encore les dangers réels.
Avec l’agriculture intensive, la terre elle-même est contaminée pour de longues années, vidée de sa substance, rendue stérile.
Au départ, l’usage massif d'engrais chimiques, le recours systématique aux pesticides, ont certes permis une augmentation très significative et parfois même spectaculaire des rendements agricoles dans les pays développés or, on constate aujourd’hui que la tendance s’inverse : les rendements diminuent. Et, le revers de la médaille de la « révolution verte » et de la hausse de productivité des terres de culture ainsi obtenue s'est accompagné d'une multitude d'effets indésirables ou nocifs.
La stérilité de la terre en étant une des conséquences les plus spectaculaires. Alors qu’importe, cultivons hors sol, peu importe la notion de terroir, peu importe les éléments nutritifs inexistants dans les aliments produits et les cultures sous serres, hors sol, sans respect du rythme des saisons se sont multipliées.

Dans ces conditions, l’écosystème ne peut plus se battre contre les parasites aussi, avec les engrais, se sont les pesticides qui sont systématiquement utilisés, ainsi près de trois millions de tonnes de DDT ont été dispersées dans la biosphère depuis la découverte de cet insecticide.
Devant les cris d’alarme lancés par les biologistes et les écologistes, devant l’inquiétude grandissante des consommateurs, on nous apprend que les quantités d’engrais et de pesticides vont diminuer. Foutaises ! Si la quantité diminue, les doses, elles, sont de plus en plus concentrées, accélétant encore plus l’empoisonnement des sols et de nos organismes par la même occasion. Et comme cela ne semble pas suffire, l’industrie agricole se dit : « Allons encore plus loin et créons des Organismes Génétiquement Modifiés ».

Qu’importe si l’on n’en connaît pas les conséquences à court et moyen terme, qu’importe l’empoisonnement de l’écosystème, qu’importe la mort programmée des terres, des abeilles et des paysans :  

Rentabilité oblige !


-    Ecosystème bouleversé, aliments vidés de toutes substances nutrives, pollutions des eaux, de la terre, de l’air, apauvrissement des sols de culture, par l’agriculture intensive,
-    empoisonnement de notre organisme et de notre environnement par l’industrie pétrochimique,
 
les maladies dégénératives trouvent aussi leur explication dans l’incidence directe de notre alimentation sur notre santé.



L’INDUSTRIE AGRO-ALIMENTAIRE

Intimement liée à la précédente, à quoi servirait donc l’agriculture intensive sans l’industrie agro-alimentaire ? L’agro-alimentaire, elle, s’occupe de nos assiettes : animaux d’élevage stressés, maltraités, engraissés aux antibiotiques, nourris parfois aux farines animales, fruits et légumes cultivés à grands coups de pesticides, herbicides, taupicides, raticides, aliments raffinés, autrement dit vidés de tous leurs éléments nutritifs, édulcorants de syntèse. Tels sont les produits que nous propose quotidiennement et ce plusieurs fois par jour, l’industrie agro-alimentaire.
Les céréales, sucres ou sels par exemple sont toujours raffinés dans l’alimentation industrielle. Pourquoi ? La conservation ! Un aliment raffiné n’intéresse plus personne, c’est-à-dire que même les insectes parasites de la farine, par exemple, ne vont plus se donner la peine de coloniser une farine dépourvue de nutriments, la conservation sera donc sans risque pour l’industrie. Or, si les aliments perdent de leurs nutriments ils perdent aussi de leur goût, de même lorsqu’un légume a poussé sans terre et sans soleil il ne présente plus guère d’intérêt gustatif. Pour pallier à ces inconvénients et par un évident soucis d’économie quant aux quantités employées et à la qualité –inexistante- des produits utilisés, l’industriel va ajouter à ses préparations des additifs : exhausteurs de goûts, colorants, arômes artificiels… et, pour faire bon poids, du sel, du sucre et des graisses seront abondamment inclus aux productions alimentaires.
 
Qu’importe si l’on n’en connaît toujours pas les conséquences à court et moyen terme sur notre santé, qu’importe si la population connaît un accroissement considérable de l’obésité :  

Rentabilité oblige !
 

 
-    Intoxication de notre organisme et de notre environnement par l’industrie pétrochimique,
-    biotopes pollués, aliments vidés de toutes substances nutrives, par l’agriculture intensive,
-    apauvrissemnt et contamination de notre alimentation quotidienne par l’industrie agro-alimentaire,

les maladies dégénératives, paradoxalement, s’expliquent également par les effets de la pharmacopée moderne sur notre santé.



L’INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE

Voilà bien une industrie qui travaille pour notre bien puisqu’elle s’occupe exclusivement de notre santé, pourtant un quart des médicaments de la pharmacopée moderne présente des effets secondaires neurotoxiques.

A y regarder d’un peu plus près, l’industrie pharmaceutique n’est pas l’ange protecteur dans lequel nous voulons bien croire, cette industrie est bel et bien d’abord un commerce et son fond de roulement ne peut être que la maladie. Pour ces industriels toutes personnes bien portantes doit d’abord être un malade qui s’ignore.

LES MEDICAMENTS


Ils sont devenus un produit de consommation pour preuve, le chiffre de l'augmentation sur 20 ans a révélé que le montant des ventes de médicaments a été multiplié par 2,5 entre 1990 et 2009.


Aujourd’hui, les ordonnances des Français sont parmi les plus longues du monde, nous sommes juste derrière les Américains en terme de consommation de médicaments. Il y a bien une raison à cela, serait-ce que les Français ont une santé plus fragile que les autres peuples ou alors est-ce parce que l’industrie pharmaceutique Française est l’un des fleurons de notre économie nationale ? Allez savoir…


Et les conséquences à cette surmédication sont dramatiques avec 140 000 hospitalisations provoquées par des accidents médicamenteux et 13 000 décès avérés (certaines études font état de chiffres beaucoup plus élevés : 34 200 décès annuels, voire plus) en outre, de nombreuses études insistent maintenant sur le fait que la surmédication est un facteur agravant voire déclenchant des maladies neurodégénératives. Mais les conséquences de cette surmédication ne sont pas seulement dramatiques pour la santé humaine, elles concernent aussi tout l’écosystème et la présence de résidus médicamenteux dans l'environnement est devenue un problème, à tel point, que l’on constate des bouleversements chez les poissons dont les mâles présentent des caractéristiques sexuelles femelle dus aux hormones de syntèse d’origine humaine et animale rejetées dans l’eau.


Et, comme si cela ne suffisait pas, comme si toutes les maladies dont souffrent les humains n’étaient pas suffisantes, cette industrie passe au crible tous nos comportements, elle les classe, les répertorie, pour ensuite les faire entrer dans une catégorie de maladie. Ce sont sans cesse de nouveaux maux, principalement des troubles de la santé mentale et sexuelle, qui sont ainsi succeptibles d’être soigné par de nouveaux médicaments.


En 1952, la première version du DSM (Diagnostical And Statistical Manual), la Bible des psychiatres répertoriait 60 pathologies mentales, réactualisé en 1994, ce sont quelques 410 troubles mentaux qui y sont décrits. « Le domaine psychiatrique est très profitable, explique le Professeur Bégaud, car la prise de médicaments s’y étend sur une longue période ». Alors l’industrie pharmaceutique, dans sa logique de rentabilité, n’hésite plus à créer des pathologies pour vendre ses médicaments. Vous êtes timide ? vous êtes donc atteint de « phobie sociale », votre enfant ne rapporte pas de bonnes notes, il souffre d’un déficit d’apprentissage joint à un déficit de l’attention…A quand le trouble de la bonne humeur ou la maladie du désoeuvrement en période estivale ?


Sachez que, d’ores-et-déjà, vous qui souhaitez vous nourrir sainement, vous qui refusez les aliments contaminés par l’industrie agro-alimentaire et l’agriculture intensive, sachez donc que vous souffrez d’Orthorexie ! J’espère que vous n’en guérirez pas !


LES VACCINS

Inutile ici de faire le procès des vaccins, en revanche l’excès de vaccination et la composition même des vaccins ne peut être passé sous silence dès lors qu’il s’agit de chercher des causes aux maladies neurodégénératives.
Car enfin, que trouve-t-on dans les vaccins ? Que contiennent-ils ? (en gras sont stipulées les atteintes liées au sujet qui nous intéresse : les maladies neurodégénératives)

-    Sulfate d’ammonium
Poison suspecté d’attaquer le foie, les systèmes nerveux, gastro intestinal et respiratoire.
-    Béta-Propiolactone
Cancérigène, poison suspecté d’attaquer le foie, les systèmes respiratoire et gastro intestinal, la peau et les organes des sens.
-    Latex
Peut produire des réactions allergiques* mettant en péril de système vital
-    Levures Génétiquement Modifiées
-    ADN bactérien ou viral d’animaux
Substances qui peuvent s’incorporer dans l’ADN des vaccinés et entraîner des mutations génétiques encore inconnues.
-    Glutamate de Sodium
Neurotoxique connu pour ses effets mutagènes, tératogènes (malformations et monstruosités) et ses effets sur la descendance, responsable d’ allergiques*
-    Aluminium
Dommages cérébraux, suspecté dans la maladie d’Alzheimer, certaines démences, comas et attaques. Allergie* cutanée.
-    Formaldéhyde
Poison, carcinogène dans les leucémies, cancers du cerveau et du côlon. Poison pour le foie, le système immunitaire, le système nerveux, les organes de reproduction.
-    Polysorbat 80
Cancers chez les animaux avéré
-    Trinbutylphosphate
Suspecté d’être un poison pour les reins et les nerfs
-    Glutaraldéhyde
Malformations néo-natales chez les animaux d’expérimentation
-    Gélatine (de veaux, bovins, porcs…)
Responsables de troubles allergiques*
-    Gentamycine et Polymyxine B
Antibiotiques : toxiques pour les reins et le système nerveux, allergies pouvant être mortelles.
-    Mercure
Substance des plus dangereuse pour le cerveau, le foie, les intestins, la moëlle osseuse et les reins.
D’infimes quantités peuvent causer des dommages graves au cerveau dont les symptômes sont similaires à l’autisme.
-    Néomycine
Antibiotique : erreur d’assimilation de la vitamine B6 pouvant entraîner une forme rare d’épilepsie et de retard mental.
Toxique pour les reins et le système nerveux, réactions allergiques* pouvant être mortelles.
-    Phénol/Phénoxyéthanol
Toxique pour toutes les cellules et capable de dérégler le système immunitaire.

allergies * Alors qu‘il est impossible de savoir si un bébé est allergique l’on hésite pas à lui injecter des vaccins.
Source : ALIS
 

Qu’importe donc si l’on refuse de reconnaître les conséquences à court et moyen terme :  

Rentabilité oblige !


-    Surmédication, interactions médicamenteuses, présences de substances chimiques dangereuses dans les vaccins, sont quotidiennement prescrits par les bons offices de l’industrie pharmaceutique,
-    empoisonnement de notre environnement et intoxication de notre organisme sont le lot de l’industrie pétrochimique,
-    pollutions de l’écosystème, aliments dépourvus de tout élément nutritif, élevage médicalisé, sont la rançon de l’agriculture intensive,
-    apauvrissement et contamination de notre alimentation quotidienne sont enfin ce que nous propose l’industrie agro-alimentaire.

Les maladies  dégénératives n’en avaient pas besoin de tant pour émerger et pourtant il est encore un autre facteur qui devrait pouvoir expliquer leur augmentation : les ondes électro-magnétiques


 
L’INDUSTRIE DES TECHNOLOGIES HIGH-TECH

Invisibles, inodores, incolores, indolores, les ondes électro-magnétiques sont partout, impossible d’y échapper et d’ailleurs en avons-nous l’envie ? Télévision, wi-fi, téléphone sans fil, téléphone portable, ordinateurs, jeux vidéo, micro-onde et antennes relais…

La terre est aujourd’hui saturée par les ondes électro-magnétiques. De nombreux chercheurs s’en alarment et plusieurs études font état de la chute du système immunitaire induite par les ondes.
Pour le moment, ils ne sont pas encore entendu… 

 

Rentabilité oblige !



ALORS QUE FAIRE ?

L’émergeance et la recrudescence des maladies dégénératives et neurodégénératives ont donc pour facteurs déterminants l’activité humaine et les industries qui y sont liées. Pour autant ce n’est pas le procès du progrès qu’il faut faire ici mais celui de la course au profit.

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » nous prévenait déjà Rabelais. Et c’est bien de cela dont il s’agit. Les moyens utilisés, commercialisés, produits et prescrits par toutes ces industries ont pour point commun leur mise en place sans réelles études sur leurs différents impacts sur l’environnement et la santé humaine.

On comptabilise l’augmentation de pathologies :

 

Dans le monde, 1,5 milliard d'adultes de 20 ans et plus ont un excès de poids ou souffre d’obésité.
Les allergies, dont les allergies alimentaires, sont en constante augmentation.
En moins de vingt ans, le nombre d'asthmatiques a augmenté de plus de 40 % chez les adolescents.
Certains actes chirurgicaux ont littéralement explosés comme les césariennes que des cliniques pratiquent avec un taux proche des 80 % .
Les troubles alimentaires sont en croissance dans tous les pays occidentaux.
Les troubles du comportement chez les enfants et adolescents : violence, hyperactivité, apathie connaissent un accroissement régulier.
Les troubles du sommeil liés au stress se sont multipliés ces dernières années.
Les difficultés de procréation et dysfonctionnements érectiles n’ont jamais été aussi importants.
Les malades du cancers sont en augmentation régulière avec, par exemple, le cancer de la peau qui augmente en Europe de 5 à 7 % par an. Avec 278 000 nouveaux cas chaque année la fréquence des cancers s’est accrue de 60% entre 1980 et 2000.
Le nombre de décès liés aux maladies cardiovasculaires est en progression.
La Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) dans 15 ans sera au cinquième rang des maladies chroniques.
Recrudescence de cas de puberté précoce.
Le diabète, l’hypertension, la leucémie connaissent aussi une augmentation constante et régulière.

 

 
Et les études qui s’y rapportent ne prennent que rarement en compte l’environnement dans lequel l’humain évolue. Sans ce regard global, sans une analyse précise et honnête de la présence de toutes les substances chimiques qui engorgent notre organisme, ces études ne peuvent être que tronquées.

Car enfin, faut-il seulement voir dans cet accroissement des maladies une fatalité, la faute à pas de chance ?

Rappelons ces chiffres, en France :

les cancers chez les enfants augmentent de 1 % chaque année,

10 % des enfants sont obèses,

15 % sont asthmatiques et on comptabilise

1 cas d’autisme pour cent naissances !

« Nous avons la confirmation qu’un grand nombre de ces cancers et autres maladies sont d’origines environnementales chez l’enfant et qu’elles commencent au stade fœtal » s’insurge Philippe Irigary, directeur scientifique des recherches à l’Artac (Association pour la recherche thérapeutique anti-cancéreuse fondée par le Professeur Belpomme) lors du Colloque de l’Appel de Paris.

Malgrés les avancées considérables de la médecine, dont la chirurgie et la dentisterie sont les plus probants exemples, malgrés les connaissances inouies que les savants et scientifiques ont accumulés, jamais, encore, dans l’histoire de l’humanité, l’espèce humaine n’a été si agressée par un ensemble de polluants chimiques et électromagnétiques, dont les effets sanitaires sont la contamination in utero de l’embryon et du fœtus, à l’origine des maladies et affections non seulement des enfants mais aussi des adultes.



AGISSONS AVANT QUE LA MALADIE NE NOUS TOUCHE

Comme toujours pour la Naturopathie, la prévention est le meilleur moyen de maintenir sa santé à son plus haut niveau.
Si nous ne disposons pas de moyens d’action sur l’écosystème dans lequel nous évoluons, nous disposons, en revanche de moyens préventifs pour en atténuer les effets dévastateurs.

 

maladies-environnementales-1-2-a.jpg

 

 

Et c’est bien ce qu’enseigne le Naturopathe :

1° Comprendre son corps
2° Prendre sa santé en main
3° Apprendre les règles d’une hygiène de vie saine
4° Appréhender son alimentation avec justesse
5° Elucider et décoder son sommeil
6° Apprivoiser son stress
7° Accepter une activité physique et en comprendre la nécessité
8° Agir directement sur son système immunitaire en le renforçant avec des compléments alimentaires adaptés et efficaces et des thérapies naturelles.

Combien de colloques, de congrès, d’études avant que de véritables décisions soient prises ?

Il n’est plus temps d’attendre et chacun à son niveau se doit de :


-    prendre conscience de cet état de fait,
-    s’indigner, comme nous l’a conseillé Stéphane Hessel
-    agir en devenant un conso’Acteur qui sait que sa carte de crédit a, aujoud’hui, plus de pouvoir encore que sa carte d’électeur
-    être à l’écoute de la Terre et aider à la lutte contre sa destruction en se mobilisant, en signant des pétitions, bref, en se battant pour que puissent vivre nos enfants.

Alors, et puisque les causes des maladies dégénératives sont multifactorielles et environnementales, leurs préventions, voire même leurs remèdes, doivent aussi s’étendre dans plusieurs directions.

En rejettant le plus possible les contaminants et les polluants de l’environnement direct, en privilégiant une alimenation bio et équilibrée, en refusant la cosmétique non bio, en prenant enfin soin de soi, le système immunitaire sera renforcé et, partant, la santé préservée.

 

 

Le Dossier noir des " Maladies dégénératives " :  


On tue nos enfants ! 


Les maladies dégénératives en augmentation

Maladies dégénératives, le foetus première victime

Les maladies dégénératives passent à table !

Les sols de culture, l'aluminum, les engrais et alzheimer

Hyperactivité, Maladies dégénératives et additifs le lien est établi !

Antennes-relais et maladies : il n'y a plus de doute !

Maladies dégénératives, leucémies et nucléaire : trop de cas

Maladies dégénératives, des poisons dans vos placards...

Maladies dégénératives, retrouvez l'hygiène au naturel !

Les Maladies dégénératives, en conclusion

 

Dans la Presse :

Le Rôle des Pouvoirs publiques et des instances de surveillance en France

Dans la presse : Y a-t'il un Ministre de l'écologie en France ?

Dans la presse : l'Affsaps de nouveau sur la sellette

Dans la presse : de la bonne santé de l'Agro-Alimentaire

Dans la presse : taxe sur les sodas, c'est pô juste....!!!

 


Articles en rapport avec le sujet :

 

Santé

La Naturopathie et L 'ALLAITEMENT

Comprendre la Naturopathie

La Naturopathie et la femme enceinte, pour une grossesse naturelle

Médicaments et effets secondaires l'avis du Naturopathe

Quelles eaux boire, l'avis de votre Naturopathe

Dans la presse : le danger des antibiotiques

Les dangers de l'imagerie médicale

médecine nucléaire et irradiations médicales l'avis du Naturopathie

Cancer du sein les risques du surdiagnostic

Malade ? Et si c'était le médicament ?

Les parabènes interdits et les médicaments

Le médicament, les laboratoires pharmaceutiques et nous...

Dans la presse : Les Français et les médicaments

Dans la presse : Médicaments et vaccins sous surveillance

Dans la presse : L'Aspartame, sur la sellette

Dans la presse : Des pesticides dans notre sang !

Les OGM laissent des résidus dans le sang des femmes

Dans la presse : Téléphone portable, danger !

Le secrétariat d'Etat à la Santé et les Maladies environnementales

L'OMS se penche sur les maladies environnementales

La Naturopathie et les compléments alimentaires.

 

Environnement & Alimentation

La Naturopathie et la BIO

L'alimentation, l'avis du Naturopathe

Les méfaits de l'industrie Agro-Alimentaire

L'Alimentation mondiale et l'agriculture Bio

Pour l'EFSA, manger bio préserve bien la santé !

Alimentations et risques sanitaires en augmentation

Acheter des légumes bio, serait-ce hors la loi ?

Loi sur les semences : le germe de la colère

L'Union Européenne sur les traces du riz OGM Chinois

Elevage et antibiotiques : c'est pas automatique !

Abeilles : chronique d'une mort annoncée

Le Conseil d'Etat ouvre les portes au maïs ogm !

Le Bisphénol A toujours trop présent...

Dans la presse : Agriculture pollueuse et massacre de requins

Pastèques explosives en Chine : vive les phytosanitaires !

Des poisons dans vos placards...suivez le Naturopathe !

L'eau potable en danger en France, dernier rapport d'analyses


Actualité

L'Obésité en France.

En Inde, des tests médicaux sont pratiqués en secret...

De la bonne santé des laboratoires pharmaceutiques

Nouvelles Morts inexpliquées d'animaux...

farines animales et vache folle : le retour

Antidote Europe refuse les tests sur les animaux !

L'Appel de la jeunesse soutenu par HomeNaturo

 

 

 

34x34-facebook----

 

 

 

 

A.ACCUEIL Blog HomeNaturo

 

 

 

homenaturo

Partager cet article
Repost0

commentaires

B
Merci. Un constat alarmant de chiffres qui montre une tendance déjà observée pour ma part. Malheureusement, les consommateurs ont seul le pouvoir dans leurs habitudes et choix de consommation mais ne se rendent pas bien compte de cela. Pour la plupart l'expression, "ça ne tue pas" est pris au sens réel.. :-( je culpabilise pour mes enfants de les empoisonner même si j'essaie de faire au mieux... car on ne peut pas tout contrôler..
Répondre
V
Merci pour cet article qui regroupe l'ensemble des informations que je tente de véhiculer sur ma page Facebook (Ophelie Vasseur Bien-être Santé). Très instructif et pragmatique!
Répondre